Retrouvez-nous sur

La démarche Zéro pesticides

Consciente que la préservation de la ressource en eau est un enjeu majeur pour les générations actuelles et à venir, la Ville de Brumath est engagée depuis plusieurs années dans une démarche « Zéro pesticides ».  Elle privilégie des méthodes respectueuses de l’environnement pour l’entretien de ses espaces verts et de la voirie.

La règlementation en matière de pesticides

Depuis le 1er janvier 2017, l’usage des produits phytosanitaires de synthèse est interdit par les collectivités pour l’entretien des espaces verts, forêts, promenades et voiries accessibles ou ouverts au public. Des alternatives aux pesticides existent. Non polluantes et respectueuses de la santé humaine, ces solutions ont déjà fait leurs preuves.

Des solutions alternatives aux pesticides

La Ville de Brumath a mis en place en 2016 un plan de désherbage afin d’organiser la gestion plus écologique des espaces. Ainsi, les Services Techniques de la Ville optent désormais pour le désherbage thermique, l’utilisation de produits bio autorisés (notamment à base d’acide de pelargonium secrété par le géranium), l’arrachage manuel et le balayage.
Bien que ces solutions douces d’entretien prennent plus de temps, les Services Techniques s’emploient à garder la Ville propre et attractive.

Chacun d’entre vous peut également contribuer à la protection de la ressource en eau dans votre jardin grâce à des méthodes simples et économiques.

Obtenir des conseils pour jardiner au naturel

La Ville de Brumath, « Zéro pesticides »

L’engagement de La Ville de Brumath et l’implication de ses équipes sont reconnus par la distinction « Commune Nature » de la Région Grand Est et de l’Agence de l’Eau Rhin-Meuse . Elle dispose de deux libellules qui impliquent :

  • La suppression de l’utilisation de produits phytosanitaires de synthèse depuis au moins 1 an.
  • L’utilisation possible des produits de biocontrôle, qualifiés à faible risque ou utilisables en agriculture biologique.
  • La formalisation de la démarche par un plan de gestion différenciée ou par un plan de désherbage.
  • La sensibilisation de l’ensemble des services techniques.
  • La communication auprès de la population sur la démarche.

Remonter en haut de page