Retrouvez-nous sur

La légende du « PFAFFENBRÜNNEL »

Connaissez-vous la légende qui donna son nom à la source PFAFFENBRÜNNEL ? Louis Ganter de la SHABE vous dévoile ce mystère.

Il y a bien longtemps de cela, vivait au « FORLENBERG » dans une totale solitude et dans une pauvre petite maisonnette une vielle et brave dame. Tous les jours elle allait chercher son bois dans le bosquet voisin. Elle se nourrissait de fruits sauvages et allait, après les moissons, glaner dans les environs du proche « LERCHENBERG » là où au printemps et en été le chant des oiseaux est si merveilleux. Parfois il lui arrivait d’aller jusqu’à « l’ATTIBERG ». C’est ici dit-on que le terrible ATTILA aurait campé avec ses soldats.

Malgré sa grande pauvreté, la vielle dame semblait toujours très heureuse et ne manquait jamais de saluer chaleureusement et respectueusement les paysans qu’elle rencontrait. Elle était comme imprégnée d’une paix céleste. Pourtant certains Brumathois, jaloux et mal intentionnés ne pouvant ni comprendre, ni accepter cette béatitude dans l’indigence, sont allés voir l’écoutète pour accuser la brave femme de sorcellerie.

Traduite en justice elle a été condamnée à mort. En attendant son exécution qui devait avoir lieu le lendemain au « GALGENBERG » elle a été enfermé à la prison du château. Au courant de la nuit, alors que la misérable pieusement priait, subitement un mur du cachot s’entrouvre laissant apercevoir, éclairé par une lumière surnaturelle, le souterrain qui du château mène au « BETZENBERG ». convaincue de son innocence, la malheureuse reconnait dans ce miracle le signe de sa délivrance et s’empresse de s’engouffrer dans le couloir, qui très vite l’amène près du « DALLENBERG » éclairé par un ciel étoilé.

Assoiffée et affamée la pauvre femme descend dans le vallon où coule le « SELTENBACH ». Malheureusement la chaleur a desséché le ruisseau ; découragée et fatiguée la brave dame se laisse choir sur le sol où elle s’endort pour ne se réveiller qu’au petit matin.  Voulant rejoindre le « FORLENBERG » elle croise le curé de KRIEGSHEIM qui par pitié pour la pauvre vielle lui cède les quelques victuailles qu’il avait sur lui. Mais la dame souffre  avant tout d’une grande soif. Alors le saint homme s’adressant à dieu par sa prière fait jaillir une source à même le sol. L’eau était claire et fraiche comme elle l’est encore aujourd’hui, et depuis ce temps à BRUMATH cette source s’appelle le « PFAFFENBRUNNEL »

Retour à la liste
Remonter en haut de page